Télécharger la version PDF

La Convention des Organisations de la Société Civile pour
l’Observation domestique des Elections – CODEL

Communiqué de la Situation Room sur le déroulement des opérations de vote
29 Novembre 2015

Les élections générales du 29 novembre 2015 du Burkina Faso constitueront le point d'achèvement du processus de transition amorcé à la suite de l'insurrection populaire d'octobre 2014. Une centaine d'organisations et coalitions ont convenu le 3 juillet 2015 de mettre en place la CODEL. Sous l'impulsion de Diakonia, du National Democratic Institute (NDI), de Open Society Initiative for West Africa (OSIWA) et de European Centre for Electoral Support (ECES), les organisations de la société civile ont décidé de la mutualisation de leurs projets de monitoring et d'observation des élections à travers la mise en place d'une plateforme pour un suivi harmonisé, proactif et citoyen du processus électoral. La situation Room de la CODEL est installé au Splendid Hôtel depuis le 23/11/2015 pour suivre l'ensemble du processus électoral.

Le 29 Novembre 2015, la CODEL a déployé 6000 observateurs et observatrices dont 251 piquets selon un échantillon statistique, aléatoire, et représentatif couvrant chacun des régions et des provinces du territoire national.

Se basant sur les rapports de 99% des observateurs déployés dans toutes les 13 régions et 45 provinces, la CODEL fait les constats suivants sur le respect des procédures de vote :

  • Dans 85,7% des bureaux de vote les électeurs ont toujours présenté leurs mains vides avant de voter. Le respect de cette procédure permet de vérifier que les électeurs n'ont pas voté ailleurs.
  • L'identité des électeurs a été contrôlée correctement dans la quasi-totalité des bureaux de vote (98,4%). Ce contrôle est fondamental dans la mesure où il permet d'éviter qu'un électeur usurpe l'identité d'un autre pour voter frauduleusement.
  • Dans 99,6% des bureaux de vote, les électeurs n'ont reçu qu'un seul bulletin de vote pour chaque élection. L'importance de cette procédure n'est plus à démontrer parce que c'est un moyen d'assurer l'égalité des citoyens, notamment le principe « un électeur, une voix ».
  • Dans 98,4% des bureaux de vote, les électeurs ont émargé sur la liste des électeurs. Ce procédé est édicté par le code électoral et est utilisé de deux manières, soit l'électeur signe sur la liste électorale, soit à défaut, il y appose son empreinte.
  • Dans 99,6% des bureaux de vote, les électeurs ont trempé leurs doigts dans l'encre indélébile. Strictement observée, cette procédure a un effet dissuasif sur les velléités de vote multiple.
  • Dans 99,6% des bureaux de vote, le président et un membre du bureau ont signé (paraphé) tous les bulletins avant que les électeurs les prennent pour voter conformément à la loi. Grâce à cette procédure, aucun électeur ne peut introduire frauduleusement un bulletin dans l'urne en dehors des bulletins officiels.
  • Dans 99,02% des bureaux de vote, les personnes vivant avec un handicap ont bénéficié de l'assistance des membres des bureaux de vote conformément aux dispositions du code électoral. Cette assistance est un moyen d'assurer l'égalité des chances des citoyens en matière de jouissance de leurs droits politiques.

La CODEL a eu à recevoir à travers la situation room, plus d'une trentaine d'incidents et de dysfonctionnements majeurs qui ont été résolus à travers la Chambre de Décision en lien avec la CENI et ses demembrements (insuffisance ou absence de bulletins de votes, erreurs dans la mise à disposition des feuilles de dépouillement, intimidations ou attroupements devant les centres de vote, électeurs inscrits sur une seule liste au lieu des deux listes présidentielle et législatives, accès refusé à certains observateurs accrédités, etc.).

Au regard de ces résultats, la CODEL constate avec satisfaction que des efforts notables ont été accomplis par la CENI et ses démembrements en matière de respect des procédures légales régissant les opérations de vote.

Elle salue particulièrement l'attention accordée aux personnes vivant avec un handicap qui ont bénéficié de l'assistance des membres des bureaux de vote dans l'accomplissement de leur devoir civique.

La CODEL se félicite de la décision prise par la CENI de prolonger le scrutin au-delà de 18h pour les bureaux de vote qui ont connu des dysfonctionnements ou n'ont pas pu ouvrir à l'heure.

Enfin, la CODEL exhorte l'ensemble des parties prenantes du processus électoral à continuer dans la même lancée afin de favoriser un scrutin apaisé, transparent et équitable, à la hauteur des attentes du vaillant peuple burkinabè.

 

Pour la CODEL

Le Président

Me Halidou OUEDRAOGO

 

CODEL

CODEL

Image by CODEL